lundi 13 février 2012

Cameroun: bilan bancaire satisfaisant, mais…


Cameroun: bilan bancaire satisfaisant, mais…
(Agence Ecofin) - Avec 2500 milliards de dépôts contre 1725 milliards de crédits, la situation du secteur bancaire camerounais, bien que rassurante sur certains aspects, devra encore s’améliorer pour jouer réellement son rôle dans le développement économique annoncé.
Dans un rapport portant sur la situation financière adressé à la représentation nationale en fin d’année écoulée, le diagnostic établi par les services du ministère des Finances (Minfi) est plutôt rassurant : «la situation financière est caractérisée au premier trimestre 2011 par une croissance du crédit à l’économie dans un contexte macroéconomique favorable et une politique monétaire accommodante». Le même rapport indique que le financement de l’économie par les banques reste orienté vers les grandes entreprises. Toutefois, le secteur financier est, quant à lui, caractérisé par un faible taux de bancarisation, un accès limité pour les PME, une diminution de la liquidité bancaire et une désorientation de la position extérieure des banques.
Dans le détail, le Minfi fait observer qu’entre 2009 et 2010, l’activité bancaire s’est caractérisée par une baisse extérieure des avoirs des banques (-6,6%), un accroissement des fonds propres (+8,3%), des dépôts (+17%) et des crédits à l’économie (+8,2%).
Les créances sur l’Etat ont progressé de 26,9%, tandis que les dépôts de l’Etat ont augmenté de 4,6%.
Concernant les dépôts, ils augmentent de 8,8% et les crédits de 14,9% en glissement annuel. Au 30 juin 2011, selon les derniers chiffres consolidés, les dépôts de la clientèle auprès des banques locales s’élèvent à 2 495,5 milliards F CFA, en hausse de 200,7 milliards par rapport à la même période de l’année d’avant.
Selon le gouvernement, Afriland First Bank, SCB-Cameroun, Ecobank, SGBC, NFC-Bank et la BAC ont augmenté leurs parts de marché par rapport à fin juin 2010 et, au 31 juillet 2011, Afriland First Bank a pris la première place avec 18,6% de l’encours des dépôts, suivie de la BICEC, 18,2%, la SGBC, 16,5%, SCB-Cameroun, 12,5% et Ecobank, 9,7%.
Même si on continue à déplorer la faiblesse des crédits, les statistiques arrêtées au 30 juin 2011 montrent que l’encours des crédits octroyés par les banques est en légère hausse. Il s’élève à 1 725,4 milliards, soit une augmentation de 22,3 milliards par rapport à fin juin 2010. «Le taux de créances en souffrance se situe à 14,7% à la fin juin 2011, pour un niveau de 253 milliards», précise le rapport. Le niveau d’intermédiation mesuré par le rapport des crédits distribués sur les dépôts est de 69%.
Par type de clientèle, 65,8% de crédits sont accordés aux entreprises privées contre 13,3% aux sociétés publiques et 0,11% aux administrations et organismes publics. Le poids des crédits accordés aux particuliers se stabilise à 12,2%. Dans ce rapport, les industries manufacturières, le commerce en gros et de détail, l’industrie hôtelière, les BTP, les transports et les télécoms absorbent environ 75% de l’encours des crédits distribués. Les crédits accordés à l’agriculture, à l’élevage et à la pêche pèsent 7,6% tandis que 1,3% sont distribués aux industries extractives.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Follow by Email

Archives du blog

Membres