mercredi 29 février 2012

Finance forte, "the future of finance leadership"


Un rapport récent d'Ernst & Young met en corrélation les bonnes performances d'une entreprise et le développement des compétences formelles de son directeur financier.

Un rapport récent d'Ernst & Young met en corrélation les bonnes performances d'une entreprise et le développement des compétences formelles de son directeur financier :
- Importance pour les candidats au poste de directeur financier de développer un large éventail de compétences et de diversifier leurs expériences.
- Points de vue différents entre les directeurs financiers et les candidats au poste sur la question du développement des compétences formelles.
Un nouveau rapport sur l'avenir du leadership financier publié par Ernst & Young et intitulé "Finance Forte – the future of finance leadership" met en corrélation les bonnes performances d'une entreprise et la propension des directeurs financiers et de leurs divisions à adopter une approche formelle pour le développement des compétences et la gestion des plans de succession. Cependant, seule une minorité d'entreprises s'oriente vers une telle approche formelle.
Le rapport s'appuie sur une étude de l'Economist Intelligence Unit menée auprès de plus de 530 directeurs financiers et de leurs subordonnés directs en Europe, au Moyen-Orient, en Inde et en Afrique, mais repose également sur des entretiens approfondis avec des directeurs financiers de sociétés de la région telles que Reed Elsevier, UBS et Unilever, ainsi que des experts du monde universitaire et du recrutement de cadres.
Alain Kinsch, Country Managing Partner d’Ernst& Young, Luxembourg, commente les résultats du rapport : "Cette étude témoigne de l'approche visionnaire des entreprises leaders qui attachent une importance particulière aux compétences de la direction financière en optant pour le développement interne structuré.
La crise financière de 2008 a donné un autre sens aux rôles de la fonction financière et du directeur financier : il est plus que jamais nécessaire d'accompagner la croissance et la stratégie de l'entreprise pour faire face aux défis que représentent la volatilité croissante des marchés financiers, les changements réglementaires, la mondialisation et les marchés émergents. En négligeant le développement de leur direction financière, les entreprises mettent en péril leur avenir et compromettent leurs capacités à relever de tels défis".
Les entreprises ayant enregistré une croissance de revenus de 5% ou plus au cours des 12 derniers mois sont davantage susceptibles d'avoir identifié des successeurs potentiels au directeur financier. Seuls 28% des entreprises interrogées dans le cadre de cette étude ont identifié un candidat spécifique pour succéder au directeur financier de groupe ou envisagent plusieurs candidats pour le poste.
Le besoin d'une gestion formelle des plans de succession est souligné par les résultats de l'enquête, qui montrent que les entreprises aux bonnes performances ont tendance à recourir au recrutement interne. L'étude a analysé séparément la liste des directeurs financiers de groupe issus des 100 premières entreprises de la région EMEIA "Europe, Moyen-Orient, Inde et Afrique) figurant dans le classement Fortune 500, pour découvrir que la majorité d'entre eux avaient été recrutés en interne.
Si les entreprises ont un rôle important à jouer dans le développement de la future direction financière, la responsabilité est partagée entre les candidats au poste de directeur financier et le directeur financier de groupe titulaire.
Un long chemin à parcourir
Les candidats doivent se mobiliser pour acquérir la palette de compétences et d'expériences requises au poste de directeur financier. Alors que 73 % des professionnels de la finance interrogés estiment que très peu de collaborateurs de leur entreprise disposent des compétences nécessaires pour pouvoir assumer un tel poste, les directeurs financiers laissent entendre qu'il n'est pas question d'un manque de compétences, mais plutôt d'un manque d'opportunités pour développer les compétences requises à cette position phare.
L'étude identifie neuf domaines clés qu'un directeur financier potentiel devrait développer pour être en mesure de relever les défis liés à une telle fonction, notamment l'approfondissement de son expérience financière, de son expérience internationale (en particulier dans les marchés émergents) et de son expérience en matière d'implémentation de centre de services partagés.
De l'importance de se diversifier
Il est impératif de diversifier les expériences financières et de parvenir au bon équilibre entre les différents rôles au sein du siège, les fonctions financières clés et les fonctions externes à l'entreprise. Les candidats au poste de directeur financier ne devraient pas tenter de bâtir leur carrière en explorant toutes les disciplines financières, de la trésorerie au fisc en passant par les relations avec les investisseurs. Il est au contraire bien plus important de renforcer les compétences acquises au siège et de diversifier les expériences commerciales et stratégiques, le plus souvent à des postes divisionnaires ou opérationnels.
En effet, 67% des directeurs financiers interrogés estiment que les candidats au poste ayant consacré leur carrière à des fonctions de spécialiste financier se retrouvent pénalisés par rapport aux candidats forts d'une expérience commerciale directe. Toutefois, seule une faible majorité des personnes interrogées estime que leur entreprise offre la possibilité aux talents financiers de développer ces compétences.
Les initiatives de transformation du secteur de la finance ont des conséquences sur les ressources de talents à long terme. Seuls 32% des candidats au poste de directeur financier de groupe interrogés disposaient d'une expérience de direction dans des centres de services partagés externalisés. Si la mise en place des centres de services partagés dans le cadre plus général de la transformation du secteur a permis aux professionnels de la finance de se recentrer sur les aspects plus "commerciaux" de leur position, elle a aussi eu des conséquences inattendues sur les ressources de talents à long terme.
En effet, en faisant migrer les processus transactionnels vers des prestataires centralisés ou externalisés, les entreprises privent les professionnels de la finance d'une expérience portant sur des compétences financières fondamentales. En outre, le vaste projet que représentent la mise en place et la gestion d'un centre de services partagés constitue de plus en plus une compétence clé que les professionnels confirmés de la finance se doivent d'acquérir.
La compréhension de la dynamique des marchés émergents est essentielle
La majorité des personnes interrogées (56%) considère l'expérience internationale comme un élément clé du développement des futurs leaders financiers. L'importance des marchés émergents à croissance exponentielle, à la fois comme source de croissance et comme destination pour les centres de services partagés, souligne la nécessité pour les directeurs financiers d'appréhender différents environnements d'affaires internationaux. Les entreprises doivent anticiper cet impératif en mettant en place des parcours professionnels incluant des périodes d'activités sur les marchés développés, mais aussi sur les marchés émergents.
Alain Kinsch explique : "Quel que soit le parcours professionnel d'un candidat, le fait d'exercer ce poste de leader représente une étape majeure, de plus en plus difficile à assumer. Les candidats doivent nouer des relations avec les bons partenaires, acquérir une vaste expérience commerciale et stratégique, et être en mesure de mettre en place et de diriger différentes équipes de spécialistes".
Les directeurs financiers et les candidats au poste ne partagent pas le même avis sur l'approche à adopter en matière de développement des compétences
Parmi les directeurs financiers interrogés, 80% affirment avoir un rôle à jouer dans le développement de la future direction financière de leur entreprise, avec toutefois une certaine circonspection pour un grand nombre d'entre eux. La majorité des directeurs financiers de groupe sont toutefois plus enclins à aborder la question de façon informelle, tandis que leurs subordonnés directs s'accordent à dire que le mentoring devrait être beaucoup plus formalisé.
Les directeurs financiers de sociétés leaders interrogés dans le cadre du rapport estiment également qu'une approche formelle est essentielle au développement des candidats. Compte tenu de la corrélation entre de bonnes performances pour l'entreprise, le développement formel des directeurs financiers et le rôle de plus en plus central de ces derniers en termes de stratégie et de croissance économique, la divergence entre ces approches risque de mettre un frein à la croissance et à la réactivité face aux défis soulevés par les économies émergentes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Follow by Email

Archives du blog

Membres