lundi 27 février 2012

Sony présente les premiers smartphones sous sa marque


«Sony-Ericsson» n'existe plus, mais la gamme Xperia continue à s'enrichir. Le constructeur japonais mise sur l'interaction entre tous ses écrans, avec une interface et des services en ligne unifiés, pour regagner des parts de marché.



Sony Mobile Communication, la nouvelle division du géant japonais de l'électronique, a présenté à Barcelone les premiers smartphones sous sa propre marque. En effet, «Sony-Ericsson» n'est plus : Ericsson est sorti du capital il y a dix jours, et la filiale ainsi que la marque ont été avalées par Sony. Les trois nouveaux mobiles de la gamme Xperia offrent une signature design commune, la barre translucide qui coupe horizontalement le bas de l'écran, et qui peut se colorer selon l'envie. Le «S», vedette de la série avec sa caméra 12 mégapixels et la technologie Bravia, est en vente en Europe cette semaine. Le «P», classique avec son cerclage d'aluminium, et le «U», centré sur le jeu vidéo avec son processeur à 1 gigahertz, seront disponibles dès le deuxième trimestre.
Cependant, Sony veut aller au-delà du smartphone. Le groupe met l'accent sur l'intégration du matériel, des contenus et des services,«une expérience utilisateur qui est uniquement possible avec Sony», a expliqué Kazuo Hirai, le vice-président de Sony Corp, qui avait fait le déplacement à Barcelone. Le nouveau slogan «One Sony» («un seul Sony») souligne la convergence entre les quatre écrans que fabrique le géant japonais (téléviseurs Bravia, PC Vaio, mobiles Xperia, consoles PlayStation) et avec ses services en ligne, via le «Sony Entertainement Network». Ce portail a été réorganisé fin 2011 après le scandale du piratage des données des clients. Les 100 millions d'utilisateurs de son volet «jeux» (Playstation Network) peuvent désormais accéder aux catalogues de vidéo ou de musique (plus de 15 millions de titres) avec un seul identifiant, ou stocker leurs contenus dans le «cloud» de Sony. Le géant japonais cherche visiblement à rivaliser avec iTunes d'Apple.

«Simplifier la gestion de l'environnement numérique des gens»

Apple et Samsung ont été les grands gagnants de l'ère du smartphone jusqu'à présent, reconnaît David Mignot, le patron de la filiale française Sony Mobile Communications. Mais une nouvelle phase s'ouvre, celle du multi-écrans, et Sony est mieux positionné que d'autres pour en profiter, explique-t-il : «La clé de la bataille des cinq prochaines années sera de simplifier la gestion de l'environnement numérique des gens. Car paradoxalement, il n'a jamais été aussi compliqué de savoir où est son contenu ou comment le partager.» Avec les nouveaux Xperia, une pression du doigt suffit pour envoyer une photo ou une vidéo vers tous les autres écrans du foyer, pourvu qu'il y ait une connexion. «Nous ne vendons plus des smartphones, mais des solutions d'écrans connectés», vante le dirigeant.
Certes, ce n'est pas totalement nouveau. Samsung travaille également sur une stratégie des quatre écrans, et Panasonic vient de revenir en Europe avec des smartphones qui «envoient» de la même façon le contenu du mobile vers le téléviseur. Mais l'innovation matérielle n'est plus l'essentiel, souligne David Mignot : «Ne cherchez rien qui soit propre à Sony ! La bataille du hardware est morte. C'est l'interface unifiée du Sony Entertainement Network qui va faire la différence», explique-t-il. Le groupe y croit tellement qu'il a abandonné sa stratégie de standards fermés. Alors que jusqu'à présent tout était fait pour maintenir l'utilisateur captif de l'univers Sony (connectique, logiciels, etc.), maintenant un Xperia peut aussi communiquer avec les téléviseurs ou les ordinateurs produits par d'autres groupes grâce à des normes telles que HDMI ou DLNA. Il est vrai que Sony a perdu de son lustre et ne peut plus en rester à son splendide isolement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Follow by Email

Archives du blog

Membres