mercredi 15 février 2012

Forum du livre : les maisons d'éditions congolaises pourront bénéficier bientôt d'un financement



La directrice générale du Livre et de la Lecture publique, Emma Mireille Opa, l'a annoncé au cours d'un entretien avec Les Dépêches de Brazzaville le 13 février
Deux semaines après le coup d'essai de la rentrée du livre tenue du 31 janvier au 2 février à Brazzaville, ayant connu la participation de 250 élèves des lycées de Brazzaville, Emma Mireille Opa a indiqué : « Nous projetons de mettre en place une ligne budgétaire que nous appellerons aide à l'éditeur. Ce financement permettra aux éditeurs d'amortir les frais de la production dans le but de rendre le prix du livre accessible aux lecteurs. »
La question de la cherté de la vie a été largement évoquée pendant les trois jours de l'activité. Ainsi que l'a reconnu la directrice générale du Livre et de la Lecture publique, « au Congo, le livre coûte cher, car le plus souvent les ouvrages ne sont pas imprimés sur place. Les taxes comptabilisées dans les coûts de production font que le livre coûte cher. »
Emma Mireille Opa estime que les objectifs assignés à cette édition inaugurale ont été atteints. Le but étant de faire connaître cette activité, qui doit se tenir désormais en octobre ou en novembre pour être en harmonie avec la rentrée de classes, cette manifestation a connu un vrai succès.
« Ce qui explique la réussite de cette activité, c'est que nous avons pu réunir à la même table pendant trois jours écrivains, élèves, étudiants, éditeurs, libraires, cadres et chercheurs. Le but était de mettre en valeur le livre et de faciliter la rencontre entre les acteurs des différents maillons du livre : écrivains, éditeurs et lecteurs. Cela fut chose faite », a renchéri Emma Mireille Opa.
Cette première expérience ouvre la voie à d'autres activités dont la tenue est imminente. Elle a annoncé par exemple la mise en place dès le 20 février 2012 à Brazzaville d'ateliers d'écriture avec le concours de cinq écrivains américains. «Tous ceux qui souhaitent apprendre à écrire seront les bienvenus », a-t-elle lancé.
De même qu'au mois de mars, le Mois de la femme, des activités autour des femmes écrivaines sont attendues pour permettre à celles-ci de parler de leur expérience et aider d'autres femmes qui caressent le rêve d'écrire un jour.
Enfin, pour plus de succès à la prochaine édition de la rentrée du livre, Emma Mireille Opa a lancé un appel en direction des partenaires du Congo et autres personnalités nationales tant du secteur public que privé. « L'organisation d'une telle activité n'est jamais une exclusivité de l'État », a-t-elle conclu.
Source: les depêches de brazzaville

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Follow by Email

Archives du blog

Membres