lundi 30 janvier 2012

S.NE: Un budget de142 milliards de F.Cfa


Les membres du comité de gestion de la S.n.e (Société nationale d’électricité) se sont réunis vendredi 20 janvier 2012, dans la salle de conférence de ladite société, pour examiner les  points ci-après: adoption du rapport d’activité 2011, adoption du programme d’activité 2012, adoption du projet de budget 2012. Ce comité de gestion, qui a lieu une fois l’an, a adopté le budget de la S.n.e à hauteur de142 milliards de F.Cfa, en tenant compte des orientations du chef de l’Etat à propos de l’électricité.

Déclarée «année de l’électricité pour tous et de la santé», 2012 devrait être pour la S.n.e, entreprise en situation de monopole depuis des lustres, mais toujours débitrice, défaillante et non performante, l’année de sa pleine mesure, avec l’amélioration de son réseau de distribution de l’électricité dans le pays, notamment dans les grandes villes. Aussi son budget a-t-il été adopté en ressources et en dépenses à la somme de 142 milliards de F.Cfa, soit 37 milliards de F.Cfa, pour le fonctionnement, et 95 milliards de F.Cfa, pour les investissements. La part de l’Etat dans l’investissement s’élevant à 77 milliards de F.Cfa contre 18 milliards, apport de la S.n.e.
Ce budget est, également, tributaire d’autres orientations données par le chef de l’Etat, pour cette année, à savoir: l’amélioration de la desserte dans les grandes villes, la finalisation des études commandées pour un diagnostic de l’entreprise et du secteur avec une approbation d’un plan d’action pour la S.n.e, le raccordement maximum des localités rurales du réseau de la S.n.e., pour atteindre les objectifs fixés aussi bien dans les zones urbaines que rurales.
Au plan interne, un accent particulier sera mis sur le renforcement des capacités et l’application de l’approche G.a.r (Gestion axée sur les résultats), tout comme sur la restructuration de la société, afin d’améliorer ses résultats, a affirmé Jean-François Xavier Pongault, secrétaire général de la S.n.e, à l’issue de la session.
Rappelons que la République du Congo vient d’augmenter sa capacité de production de l’électricité grâce à la mise en service du barrage hydroélectrique d’Imboulou (120MW) et de la centrale électrique à gaz du Congo, d’une puissance de 300MW. Ces infrastructures associées à d’autres dont dispose le pays devraient permettre, en effet, à la S.n.e d’apporter, de façon fluide et constante, l’électricité à la population.

Viclaire MALONGA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Follow by Email

Archives du blog

Membres