lundi 23 janvier 2012

LUTTE CONTRE LA CORRUPTION: Mise en place d’un cadre de concertation entre la commission nationale et la société civile


La plate-forme de travail, lancée le 19 janvier à l’hôtel de ville de Brazzaville, vise à rechercher les voies et moyens pour sortir le Congo de l’ornière et à combattre les antivaleurs qui le gangrènent.


La cérémonie présidée par le secrétaire permanent de la Commission nationale de lutte contre la corruption,
la concussion et la fraude, Laurent Tengo, s’est déroulée en présence des représentants des administrations, des agences du système des Nations unies ainsi que des organisations de la société civile. La mise en oeuvre du cadre de concertation entre la commission nationale de lutte contre la fraude et la société civile fait partie des 47 mesures contenues dans le plan national approuvé par le gouvernement en 2009.

Ce document est en cohérence avec les orientations des instruments internationaux de lutte contre la corruption, notamment la Convention des Nations unies et celle de l’Union africaine que le Congo a ratifiée en 2005. « Le phénomène de corruption, auquel n’échappe aucun État au monde, constitue une menace grave contre la cohésion sociale, dans la mesure où il tronque les référentiels sociaux. C’est un phénomène qui sape les fondements des institutions, annihile les valeurs morales et en définitive, compromet le développement durable », a dénoncé Laurent Tengo. Selon lui, la lutte contre la corruption ne peut pas être l’oeuvre des seuls pouvoirs publics mais plutôt un devoir national qui incombe à tous. Il ne s’agit pas de faire de la politique politicienne comme certaines ONG étrangères visant des buts qui n’ont rien à voir avec ce noble combat. « Il s’agit pour nous de rechercher en toute responsabilité et honnêteté les voies et moyens de sortir le pays de l’ornière de la corruption, de combattre les antivaleurs qui ne le gangrènent qu’assez », a-t-il précisé, se félicitant de ce que beaucoup de gens ont pris conscience de cette nécessité au Congo.

« À ceux-là, je dis donnons-nous la main, construisons ensemble la chaîne des acteurs de la lutte contre la corruption. Ne restons pas chacun de notre côté, en menant le même combat. L’espace de concertation que nous mettons en place ce jour est donc l’une des clés qui pourra sans doute nous permettre d’atteindre nos objectifs communs », a conclu le secrétaire permanent.

By Parfait Wilfried Douniama, in Les Dépêches de Brazzaville n°1415 - Lundi 23 janvier 2012, P 3

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Follow by Email

Archives du blog

Membres