lundi 23 janvier 2012

Hydrocarbures: réunion de fixation des prix du brut congolais Satisfaction sur la vente du brut congolais



A la suite de la réunion des experts sur les prix du pétrole brut congolais comptant pour le troisième trimestre 2011, le ministre André Raphael Loemba, en charge des hydrocarbures, a présidé, le 17 janvier 2012, à Pointe-Noire, la cérémonie de signature des documents de fixation des prix officiels des principaux hydrocarbures liquides produits au Congo.


Afin de calculer le partage de production et détermi ner la fiscalité, les entreprises productrices de pétrole
au Congo fixent (a postériori), tous les mois, un prix provisoire, sur la base des hypothèses de ventes qu’elles ont réalisées. A la fin de chaque trimestre, un tour de table est fait pour réajuster les chiffres et retenir un prix unique par rapport au brent comme référentiel.
Ainsi, pour le troisième trimestre 2011, les experts du Ministère des hydrocarbures, ceux des sociétés pétrolières présentes au Congo, notamment Total, Eni, Chevron, Murphy et S.n.p.c et aussi les traders se sont réunis à Pointe-Noire, où ils se sont accordés sur les prix de l’ensemble des bruts du troisième
trimestre.
A l’issue donc de cette réunion, les prix des trois principaux hydrocarbures liquides bruts produits au Congo, au cours de l’exercice 2011, sont fixés comme suit: 107,311 dollars/ baril pour le Djéno Mélange, 114,029 dollars/baril pour le Nkossa Blend et 107,310 dollars/ baril pour l’Azurite. Il faut noter que ces modalités de détermination de fixation des prix des hydrocarbures sont prévues par le code des hydrocarbures et les contrats de partage de production avec les différentes sociétés productrices. Jusque-là, elle fonctionne bien et satisfait toutes les parties. Pour le cas d’espèce de ce troisième trimestre, les experts réunis à Pointe-Noire ont noté que les moyennes des différentiels des prix des bruts congolais avec ceux
du Brent Daté ont été de -4,169 dollars/baril pour le Djeno mélange, 2,606 dollars/baril pour le Nkossa Blend et -4,310 dollars/ baril pour l’Azurite.
Les observateurs avertis ont remarqué que l’année 2011 a été marquée par des prix de référence internationaux relativement stables: «La moyenne annuelle du Brent pour le bassin atlantique a atteint le record de 111,26 dollars/baril, soit une hausse de 40 % par rapport à 2010, où il était à 79,50 dollars/
baril».

Pour l’année 2012, les experts prévoient une volatilité des prix plus élevée, du fait de plusieurs facteurs, notamment la crise de la zone euro et surtout les tensions politiques entre les Etats-Unis, l’Union Européenne et l’Iran. Le risque de fermeture du détroit d’Ormuz, où transitent33 % du pétrole transporté par voie maritime, pourrait entrainer une flambée des prix. Peut-être que les pays producteurs
hors de cette zone (comme le Congo) pourraient en profiter. Wait and see.

Paul TCHIOMVO, LA SEMAINE AFRICAINE N° 3160 du Vendredi 20 Janvier 2012 - PAGE 9

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Follow by Email

Archives du blog

Membres