jeudi 19 janvier 2012

RETRAIT DES SACHETS EN PLASTIQUE DU MARCHÉ CONGOLAIS: Le délai expire dans deux jours



Les services de contrôle de la direction du Commerce effectueront, à compter du 20 janvier, des saisies des stocks encore disponibles dans les lieux de production, de commercialisation et d’utilisation.


Le directeur général du Commerce intérieur, Michel Kounga, a réitéré aux producteurs, importateurs, distributeurs et utilisateurs la disposition conformément au décret n° 485 du 20 juillet 2011. Le délai de six mois prescrit pour le retrait du marché des stocks arrive à son terme le 19 janvier.
Le gouvernement congolais a interdit la production, l’importation, la commercialisation et l’utilisation des sacs et sachets en plastique pour la vente d’aliments, de l’eau et de toute autre boisson.
Sont également interdits les sacs, sachets et films en plastique oxo-biodégradable.
Depuis que le décret a été publié, le ministère du Commerce et des approvisionnements a arrêté de délivrer des demandes de déclarations d’importation de sacs et sachets en plastique concernés par le document. Il a aussi procédé à des campagnes de sensibilisation de proximité auprès des importateurs, producteurs, commerçants et utilisateurs. Cette opération visait à expliquer quels sont les articles prohibés et ceux qui ne le sont pas. « Nous avons fait un travail d’identification de tous les acteurs concernés et évalué les stocks disponibles : jusqu’au 20 de ce mois, nous pouvons estimer la quantité restante », a précisé Michel Kounga.

Tous les sachets et sacs ne sont pas concernés par le décret 
Dans son argumentaire, Michel Kounga a décrié les mauvaises habitudes d’utilisation des sacs en plastique par la population et a affirmé la nécessité de les abandonner au plus vite. Le décret indique que les articles autorisés concernent uniquement les sacs, sachets et films en plastique destinés à l’usage médical et aux activités agricoles; au ramassage des ordures ; les films en plastique utilisés dans le bâtiment et les travaux publics et ceux servant à l’emballage ou au conditionnement des produits hygiéniques (mouchoir en papier, serviettes et papier hygiénique). Leur importation, commercialisation et utilisation est réglementée et subordonnée à l’obtention d’une autorisation spéciale d’importation délivrée par le ministère du Commerce. La production est conditionnée par l’obtention d’un agrément délivré par le ministère de l’Industrie et de la promotion du secteur privé. Le requérant doit présenter un dossier fournissant son identité, les spécifications des produits et une étude d’impact ou un audit environnemental.
Au niveau des utilisateurs, les ménagères reviendront à l’utilisation du panier. En revanche, les vendeurs doivent prendre des dispositions pour ne pas être surpris à la date butoir.

Les vendeurs dans l’attente d’une solution gouvernementale
À ce jour, les sachets sont encore utilisés pour l’emballage. Un pourcentage infime de commerçants empaquette avec des papiers journaux et sacs de ciment pour les produits secs. Certains d’entre eux pensent que les solutions palliatives devraient venir du gouvernement. Cette décision ouvre une opportunité d’affaires aux professionnels qui devraient s’en saisir en créant un substitut au sachet et sac en plastique. À Pointe-Noire, quelques industriels ont déjà commencé à fabriquer des sacs en papier, des sacs réutilisables et des sacs biodégradables. Certes, le sachet est pratique mais il est aussi polluant. Sa durée d’utilisation
moyenne est d’un jour au maximum mais celle de sa dégradation est de quatre cents ans. C’est pour arrêter la pollution due aux déchets toxiques que le gouvernement a pris cette mesure, a rappelé le directeur du Commerce intérieur. « Aux industriels de trouver la mesure, aux producteurs d’y réfléchir pour écouler leur marchandise pour les petites quantités », a-til déclaré.

L’arrêt des sachets est un problème qui concerne tout le monde. 
Toutes les administrations sont impliquées dans cette opération. Six ministères sont cosignataires du décret avec le président de la République, Denis Sassou N’- Guesso : Développement industriel et promotion du secteur privé ; Finances et budget; Intérieur et décentralisation ; Développement durable, économie forestière et de l’environnement ; Santé ; Commerce et approvisionnements.

Par Nancy France Loutoumba in Les Dépêches de Brazzaville n°1412 - Mercredi 18 janvier 2012 P.3

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Follow by Email

Archives du blog

Membres