samedi 17 mars 2012

Pétrole : coup d'arrêt à la hausse des prix, recours aux réserves stratégiques ?

Pétrole : coup d'arrêt à la hausse des prix, recours aux réserves stratégiques ? - Trading - Finance - Actions sur Trader-Finance.fr



(Trader finance) Malgré les démentis de Washington, les rumeurs se poursuivent ce matin au sujet d'un recours des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne à leurs réserves stratégiques de pétrole... Les cours du baril de Brent de la Mer du Nord ont ainsi perdu plus de 3$ hier en séance, avant de se reprendre après le démenti de Washington, mais le baril repart en baisse ce matin à 122,75$ (-0,7%), tandis que le brut léger WTI américain cote 105,50$, en recul de 0,4%.

L'agence de presse 'Reuters', qui a révélé hier l'existence de négociations entre Londres et Washington, enfonce le clou ce vendredi matin, en citant des sources britanniques confirmant une coopération entre les deux pays pour faire baisser les cours du pétrole, dont la flambée menace de faire dérailler la reprise économique mondiale...

Selon ces sources, les Etats-Unis devraient formuler "rapidement" une requête formelle au gouvernement britannique pour puiser dans leurs réserves d'or noir, et Londres devrait répondre positivement à cette demande... Le recours effectif aux réserves ne serait toutefois pas mis en oeuvre avant plusieurs mois, sans doute cet été, et dépendra de l'évolution du dossier du nucléaire iranien... L'entrée en vigueur de l'embargo européen sur le pétrole iranien, le 1er juillet prochain, susceptible de priver le marché mondial de 800.000 à 1 million de barils par jours, pourrait servir de prétexte à agir.

En juin 2011, dans le sillage de la guerre civile en Libye, les pays-membres de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) avaient, de manière concertée, puisé 60 millions de barils dans leurs réserves stratégiques, ce qui avait permis de faire chuter les cours du pétrole. Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne comptent une nouvelle fois faire une demande auprès de l'AIE, mais certains de ses membres seraient opposés à une intervention... D'où l'idée d'une action de quelques pays soutenant le point de vue de Londres et Washington.

A court terme, la simple menace d'une action concertée semble avoir calmé quelque peu l'envolée de cours du brut. Le 24 février, le cours du WTI avait atteint un pic à près de 110$ en séance, au plus haut depuis début mai 2011 et le Brent avait franchi les 128$ le baril le 1er mars dernier avant d'entamer une correction... Le pétrole Brent de la Mer du Nord a grimpé de près de 15% depuis le 1er janvier, tandis que le WTI américain a bondi de 38% depuis début octobre 2011, parallèlement à la montée des tensions avec l'Iran et des violences en Syrie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Follow by Email

Archives du blog

Membres