vendredi 16 mars 2012

BDEAC: Des propositions de prêts chiffrées en milliards

Le conseil d’administration de la Banque de développement des États de l’Afrique centrale (BDEAC) a approuvé des projets dans les secteurs de l’industrie, des bâtiments et des travaux publics ainsi que de la santé pour un cout global de dix-neuf milliards FCFA.


Les propositions ont été validées le 14 mars, à Brazzaville, à l’occasion de la première séance de l’exercice en cours pendant laquelle ont été présentés les deux nouveaux administrateurs ayant rejoint l’instance. L’un représente la République centrafricaine et l’autre le Fonds libyen.

Sur les quatre projets approuvés, le secteur industriel prend le dessus avec la construction de cimenteries. La première sera érigée à Limbé, au Cameroun, et la seconde à Mindouli, dans le département du Pool, en République du Congo. Selon le président de la BDEAC, Mickaël Adandé, l’initiative est à encourager avec l’élan qui est donné aux économies africaines. Désormais, plusieurs projets résident dans les infrastructures, d’où la nécessité de regorger de matériaux de construction.

Outre le volet industriel, le conseil d’administration a décidé d’accorder une facilité financière à la fédération des Mutuelles congolaises d’épargne et de crédit. La collaboration est jugée forte et la BDEAC a toujours accompagné cette institution qui, selon elle, est bien gérée et présente de bonnes perspectives.
« C’est dans ce cadre que nous les accompagnons pour qu’elles puissent continuer à renforcer leur ratio prudentiel», a déclaré Michaël Adandé. « En termes d’engagements, en 2011, les 110 milliards prévus initialement ont été largement dépassés » , a-t-il poursuivi. Pour 2012, la BDEAC prévoit 130 milliards FCFA.
« La banque est organisée pour accompagner de manière efficace des projets structurants. Et nous voulons nous intéresser au secteur privé car celui-ci crée non seulement des emplois mais également des richesses », a expliqué le président
de l’institution bancaire sous-régionale. Il a indiqué que la Banque s’organise pour être plus proche de l’administration, du secteur privé par la création des représentations dans différents pays.

Le portefeuille de la BDEAC contient encore d’autres projets étendus dans les six États. Ceux-ci pourront être présentés
lors de prochaines sessions des conseils d’administration. Soulignons que le volume cumulé des engagements de la Banque depuis la reprise de ses activités de financement, en 2003, est chiffré à 316 milliards FCFA.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Follow by Email

Archives du blog

Membres