lundi 29 avril 2013

La première base d’informations financières sur l’ensemble des sociétés cotées africaines

La société Cofisem et l’Agence Ecofin développent, en partenariat, la première base d’information sur l’ensemble des sociétés cotées africaines.

Cofisem, forte de 25 ans d’expérience dans l’information financière internationale, fournit les informations légales sur plus de 7000 sociétés cotées dans le monde, ce qui représente en moyenne plus de 350 mises à jour quotidiennes dans 7 langues.

ecofin

L’Agence Ecofin, créée il y a deux ans, couvre l’actualité quotidienne de plusieurs secteurs économiques africains tels que la finance, l’énergie, l’agriculture ou encore les télécoms. Elle publie également chaque semaine, en partenariat avec MorningStar, les performances de 860 fonds d’investissement spécialisés sur l’Afrique.
Aujourd’hui la plateforme Cofisem-Ecofin traite déjà 750 sociétés cotées africaines, dont l’ensemble du Maghreb, d’Afrique de l’Ouest et centrale. Il est prévu de couvrir la totalité du continent d’ici juin prochain. Sont également couvertes 550 sociétés internationales qui réalisent une part significative de leur chiffre d’affaires en Afrique. Chaque fiche société présente les informations disponibles sur l’activité, l’actionnariat, les noms des dirigeants, les chiffres clés et bien-sûr l’ensemble des documents légaux à télécharger.
La collecte de ces informations n’est pas toujours aisée, selon Olivier Hauret, directeur général de Cofisem : « Globalement les bourses du nord et du sud du continent ont plus d’exigence à l’égard de leurs émetteurs. Elles veillent aux respects des obligations en matière de transparence financière et travaillent régulièrement à l’amélioration de ces règles. L’Afrique de l’Ouest et centrale, et notamment les bourses francophones, ont encore de grands progrès à faire dans ce domaine.»
« De façon générale, il est beaucoup plus difficile d’obtenir des informations financières sur les sociétés africaines que sur celles du reste du monde », souligne Olivier Hauret.
Pour Benjamin Flaux de l’Agence Ecofin, « cette base d’informations va rapidement devenir un outil de travail quotidien pour de nombreux investisseurs dans le monde. A ce titre, elle devrait inciter les sociétés cotées africaines à améliorer leur communication financière ». En incluant également les sociétés internationales qui travaillent sur l’Afrique, « cette plateforme va également offrir aux sociétés et aux institutions africaines un accès facilité aux informations sur les entreprises multinationales qui interviennent sur le continent,» ajoute-t-il.

Thierry Barbaut in  www.financeafrique.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Follow by Email

Archives du blog

Membres