jeudi 9 mai 2013

SARIS: le Congo perd son quota d’exportation du sucre congolais vers le marché européen

La réforme du régime sucre de l’Union Européenne (UE) et la perte du quota d’exploitation du sucre congolais vers le marché européen, a fait l’objet d’un séminaire-atelier organisé du 22 au 25 avril 2013, à Brazzaville, sur le thème «L’élaboration du plan d’action de la filière avicole, en tenant compte des contraintes de l’Organisation Mondiale de Commerce (OMC)». Ce séminaire-atelier avait pour objectif principal, la sauvegarde et le développement de l’industrie sucrière du Congo avec une stratégie qui se repose sur quatre axes, à savoir le désenclavement de la zone de production industrielle du sucre; l’amélioration de la compétitivité de l’industrie sucrière; le renforcement de l’intégration du marché CEMAC du sucre et son élargissement à la République Démocratique du Congo (RDC) et Sao tomé et principe et la diversification intra et extra filière sucre. A cette occasion, le Coordonnateur National du Programme d’Appui à la mise en œuvre de la Stratégie Nationale du Secteur Sucre, Théodore Mvouli, représentant le ministre d’Etat, ministre du développement industriel et de la promotion du secteur privé, Isidore Mvouba, a indiqué que cette perte du quota d’exportation du sucre congolais vers le marché européen, a failli réduire significativement l’activité de l’industrie sucrière du pays.
A cet effet, le Congo s’est doté d’une stratégie nationale dite d’adaptation du secteur sucrier aux modifications du marché européen du sucre, précise-t-on. Se référant aux prescriptions du Président de la République, Denis Sassou-N’guesso, dans sa lettre de la politique d’industrialisation, M. Mvouli a souligné que la relance de la filière avicole produira des effets multiplicateurs qui se traduiront par l’émergence d’autres activités de production de biens et de services, de même qu’elle contribuera à la sécurité alimentaire des populations congolaises. Ce séminaire-atelier dont les bénéficiaires sont les cadres des ministères appelés à s’impliquer dans la mise en œuvre de la stratégie nationale du secteur sucre, doit être perçu comme une première étape qui sera suivi d’une seconde, à travers l’organisation d’une table ronde qui se déroulera dans la région sucrière, a-t-on appris.

Cette formation animée par le Dr Papa Ndary Niang, expert du bureau d’études belge, AGRICONSULT, a été réalisée sur les thèmes suivants : «L’OMC et les règles du commerce mondial»; «Les instruments du commerce international» ; «Les accords de l’agriculture» ; «Les Obstacles Techniques au Commerce (OTC)»; « Les accords SPS et les 5 étapes de la démarche d’analyse stratégique appliquée à la filière avicole congolaise». Au cours de cette formation, des ateliers ont été systématiquement organisés pour chacune des thématiques permettant aux participants l’appropriation des outils tels que « Instrument de sauvegarde de l’OMC»; « Approche PESTEL pour le diagnostic interne de la filière avicole congolaise» ; «L’analyse du positionnement concurrentiel»; « La matrice SWOT» ; « La méthode de scénarii » ; « La vision»; «L’élaboration du plan d’actions et les conditions de succès de la mise en œuvre». S’inscrivant dans le cadre de la diversification extra-filière sucre, ce séminaire a été organisé par l’Union Européenne, en partenariat avec le ministère du développement industriel et de la promotion du secteur privé, précise-t-on.

Par ailleurs, il est prévu l’organisation d’un atelier identique dans le département de la Bouenza, en vue de la relance de l’agriculture dans cette partie du pays, tel que prévu dans le Programme d’Appui du Secteur Sucre, cofinancé par l’UE et l’Etat congolais.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Follow by Email

Archives du blog

Membres