vendredi 10 mai 2013

CONGO BUSINESS: NEUF REFORMES PRIORITAIRES POUR L’AMELIORATION DU CLASSEMENT DOING BUSINESS

BRAZZAVILLE, 01 MAI (ACI) - Les participants à l’atelier d’analyse et de validation des projets de réformes pour l’amélioration du classement Doing Business de la République du Congo, ont adopté le 29 avril dernier à Brazzaville, neuf réformes prioritaires pour atteindre cet objectif.

Cet atelier vise à valider auprès des partenaires du secteur privé les réformes prioritaires à court et à moyen termes que le gouvernement congolais envisage de prendre afin d’améliorer aussi bien le climat des affaires que le classement du Congo dans le rapport Doing Business pour l’année à venir.

Ces neuf réformes prioritaires concernent la simplification des procédures administratives de création d’entreprises ; le commerce transfrontalier ; l’accès à l’électricité ; l’obtention du permis de construire ; la fiscalité et la parafiscalité ; l’accès au foncier ; la protection des investisseurs ; le cadre juridique et la protection des contrats ; et l’accès au crédit et gestion de défaillances d’entreprises. Chacune de ces thématiques a nécessité la création d’un groupe de travail thématique, souligne-t-on.

A cette occasion, l’ancien premier ministre du Burkina Faso, M. Zongo, expert au sein du Projet d’Appui à la Diversification de l’Economie (PADE), a indiqué que cet atelier constitue une étape importante vers l’instauration d’un dialogue structuré entre le gouvernement et le secteur privé, pour conduire ensemble des réformes pertinentes, à même de libérer les initiatives tant individuelles que collectives et accélérer le développement économique et social du Congo, tout en diversifiant son économie.

Intervenant à cette occasion, le Spécialiste Finance et Développement du Secteur Privé de la Banque Mondiale, M. Mohamadou Hayatou, a, au nom de la représentante résidente de cette institution financière internationale au Congo, Mme Sylvie Dossou Kouamé, notifié que cet atelier se tient dans un contexte où les investissements du secteur privé congolais hors pétrole ne représentent que 5% du Produit Intérieur Brut (PIB), contre 14% en moyenne dans l’Afrique subsaharienne, et 25% en Asie.

Dans le même temps, le sous-emploi est passé de 9% en 2005 à 28% en 2011. Ceci malgré le potentiel considérable dont le pays dispose dans les secteurs tels que l’agrobusiness, le bois, les services de transit ou l’écotourisme, a-t-il poursuivi.

A cet effet, il a déclaré que si le besoin est pressant de promouvoir les investissements dans ces secteurs avec un gros potentiel de création d’emplois, il est nécessaire pour réussir, d’attirer durablement l’investissement privé dans ces secteurs pour le Congo, de continuer à redoubler d’effort pour assainir l’environnement des affaires dans le pays.

Selon lui, le gouvernement a entrepris des efforts considérables dans ce sens, précisant aux participants que dans l’esprit de mieux poursuivre la dynamique engagée, « le travail qui se poursuit est destiné à accélérer la mise en œuvre des réformes nécessaires pour faire du Congo une destination attractive pour les investisseurs privés nationaux et internationaux », en contribuant entre autres, à améliorer sa place dans le classement Doing Business au cours des trois prochaines années, aujourd’hui 183ème sur 185 pays.

Cet atelier est la suite d’une série d’activités inaugurées, par l’atelier gouvernemental tenu au mois de janvier dans la ville capitale, celui-ci avait pour but, de sensibiliser les membres du gouvernement sur le classement du Congo dans le « Doing business » et faire le plaidoyer de la nécessité d’engager des réformes de l’amélioration de ce classement en 2014, a rappelé le directeur de Cabinet du ministre d’Etat, ministre du développement industriel et de la promotion du secteur privé, M. Dominique Bemba.
Partant de ce fait, le ministre d’Etat, ministre du développement industriel et de la promotion du secteur privé en charge de cette question, M. Isidore Mvouba, a mis en place, avec le concours des autres ministres concernés, neuf groupes thématiques et un comité de coordination composé des directeurs de Cabinet, qui ont eu la charge en ce qui le concerne, de réfléchir et de formuler des recommandations sur les indicateurs du « Doing Business », a-t-il précisé.

Pour la première fois, un atelier Doing Business réunit les acteurs du secteur privé et les membres de l’administration publique, a-t-on constaté. Depuis quelques années, le Congo avec l’appui de la Banque Mondiale, a mis en place le projet d’Appui à la Diversification de l’Economie (PADE) qui consiste, non seulement à diversifier l’économie congolaise, mais aussi à améliorer le climat des affaires afin d’attirer les investisseurs, indique-t-on dans un communiqué de presse de la Banque Mondiale. (ACI)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Follow by Email

Archives du blog

Membres