lundi 22 octobre 2012

Des prix à l’étalage unifiés dès le mois prochain

Rendez-vous est pris: à compter du 1er
novembre, les prix des produits congelés doivent être unifiés et affichés.Une mercuriale sera disponible dans les marchés de Brazzaville, afin de pousser les vendeurs au respect des prix homologués par le gouvernement.
La mise en oeuvre de cette mesure a été décidée de commun accord entre les vendeurs et la ministre du commerce, Claudine Munari, au cours d’une rencontre vendredi. L’objectif est de contrer la spéculation des prix constatée dans les marchés des grands centres urbains.
« Les prix doivent être affichés dans les marchés comme dans les chambres froides et devraient être respectés »,
a martelé la ministre du Commerce et des approvisionnements.

La ministre du Commerce et des Approvisionnements, Claudine Munari, a donné des instructions le
19 octobre, à l’occasion d’une rencontre avec les commerçants et commerçantes des produits congelés, d’une vingtaine de marchés de Brazzaville. Les vendeurs et vendeuses auront l’obligation d’afficher les prix à tous leurs produits et d’utiliser la balance à leur portée pour éviter la spéculation.
Elle a exhorté les hommes et les femmes du métier à respecter les clauses du contrat qui sera signé entre le ministère et leurs représentants. Cette initiative qui s’inscrit dans la perspective de lutter contre la vie chère fait suite à celle organisée à Pointe-Noire la veille avec les grossistes importateurs des produits frais. L’entretien dans la ville océane a porté sur l’harmonisation des prix à l’étalage de la viande, du poulet,dupoisson,des tripes et autres produits congelés importés.
Ainsi, le ministère se sent dans l’obligation de rapprocher le produit du consommateur et de fournir
 les denrées alimentaires à un prix unique pour tous. Une liste de prix sera communiquée par les associations de vendeurs pour transmettre aux commerçants les prix homologués.

Les personnes concernées ont loué l’initiative du ministère de tutelle, s’apparentant à une politique participativede résolutiondesproblèmes des prix sur le marché. Ils n’ont pas tari demots pour dénoncer les pratiques qu’ils subissent dans l’exercice de leurmétier. Pour la plupart, il s’agit de femmes, qui se sont exprimées en langue vernaculaire, pointant du doigt les contrôleurs des prix. Ces derniers sont complices des responsables des chambres froides qui imposent des prix selon leur bon vouloir.Ces établissements, tenus pour la majorité par des étrangers, ont lemonopole de leur activité, ne subissant aucune concurrence.

À ce sujet, Claudine Munari a assuré aux vendeurs et vendeuses s’être accordée avec les responsables des chambres froides pour contenter tout lemonde.Deux importateurs ont accepté de livrer la marchandise directement dans les marchés. La transaction se fait donc directement entre l’importateur et le détaillant, les intermédiaires, appelés semi-grossistes, n’existent plus.
« Les prix ont augmenté, il faut protéger votre travail. C’est à vous de prendre la bonne décision. Les prix doivent être affichés dans les marchés comme dans les chambres froides et doivent être respectés »
, a martelé la ministre du Commerce et des Approvisionnements. Elle a par ailleurs rappelé que quiconque pouvait importer, la loi du pays l’autorisait, et que cela ne relevait d’aucun monopole. Elle a aussi annoncé la décision du gouvernement de construire des entrepôts pour stocker desmarchandises.

Par Nancy France Loutoumba in  Les Dépêches de Brazzaville n°1602 - Lundi 22 octobre 2012

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Follow by Email

Archives du blog

Membres