mardi 23 octobre 2012

Retour sur l'évolution historique du pétrole


Evolution des cours du pétrole
 

Fondamentaux du pétrole

Côté offre, les fondamentaux du pétrole sont connus : Russie (13 % de la production mondiale), Arabie saoudite (12 %) et Etats-Unis (9 %) étaient en 2011 les principaux producteurs du monde, le pétrole de la Mer du Nord s’étant fait plus rare depuis 2010 : de 5e producteur mondial en 2000, la Norvège est devenu le 16e, la production du Royaume-Uni ayant chuté de 50 % sur cette même période.
Historiquement supérieur au prix du WTI (le pétrole américain coté sur le NYMEX), le cours du Brent est devenu plus cher de 15 à 20 dollar par baril que le WTI depuis l’année 2010.
Côté demande, la Chine a doublé sa consommation entre 2000 et 2010 et elle est désormais le troisième ou quatrième « faiseur de marché » des prix du pétrole du point de vue de la demande, avec les Etats-Unis, l’Europe et le Japon. La raréfaction de l’offre est encore et toujours présente à l’horizon 2050, un stade de raréfaction qui devrait commencer après ce que les spécialistes nomment « peak oil » (pic de production).
Cette inéluctable raréfaction de l’offre, liée à l’aspect non renouvelable de la ressource pétrolière, implique une tendance haussière structurelle des prix du pétrole. Divers événements conjoncturels viennent cependant contrecarrer cette tendance.

Chocs pétroliers venus en rajouter sur la tendance haussière

Les années 1970 ont été marquées par la succession des deux chocs pétroliers (1973 et 1980) qui ont vu les prix du baril de pétrole multipliés par 2 ou 3 en quelques semaines et à deux reprises, avec un plus haut à 40 dollars (103 dollars constants de 2009) enregistré en avril 1980.
Entre 1986 et 1999, les cours du WTI oscilleront entre 15 et 35 dollars le baril, avec bien sûr une flambée haussière enregistrée lors de la première guerre du Golfe en 1991.
Il est ensuite remarquable qu’une hausse continue des cours du pétrole ait été enregistrée entre 2003 et juillet 2008 (quintuplement à dollars constants), en un mouvement que d’aucuns ont nommé (de façon impropre) « troisième choc pétrolier », qui conduisit les cours du WTI au-dessus de 145 dollars à l’été 2008.

Oscillations baissières des cours

La tendance haussière de long terme n’a pas pu empêcher la chute des cours observée entre juillet 2008 (145 dollars le baril) et début 2009 (40 dollars le baril), la reprise s’étant ensuite lentement dessinée à partir de mars 2009, avec un baril à 80 dollars dans le courant de l’année 2010, puis bientôt au-dessus de 100 dollars en 2011. Des décisions politiques et des événements géopolitiques jouent de façon directe sur les cours du pétrole.
Ainsi la décision de l’AIE (Agence Internationale de l’Energie, « bras armé » des pays occidentaux) d’approvisionner le marché à hauteur de 2 millions de barils par jour pendant un mois (en juillet 2011) a-t-elle donné lieu à une baisse relativement durable des cours de 6 à 8 dollars.
De même la simple évocation d’une nouvelle intervention a-t-elle à nouveau permis une certaine « détente » du marché au printemps 2012 (83 dollars le baril de WTI), après plusieurs mois de hausse au 1er trimestre 2012, dans le contexte d’un durcissement diplomatique des relations entre les pays occidentaux et l’Iran (producteur de 3 à 4 millions de barils par jour).


Source: Trader finance

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Follow by Email

Archives du blog

Membres