vendredi 22 octobre 2010

Partir plus tôt en retraite nuit à la santé

  • Le Figaro le 12/10/2010 à 18:33

  • Une étude publiée récemment montre que les ouvriers profitant de mesures de retraite anticipée ont plus de chance de mourir avant 67 ans. Partir plus tôt en retraite ne permet pas forcément aux ouvriers d'en profiter plus longtemps. Au contraire, un rapport publié par l'Institut allemand pour l'étude du travail, montre que cela augmente les chances de mourir prématurément.

    Les auteurs , Andreas Kuhn, Jean-Philippe Wuellrich et Josef Zweimüller, tous trois issus de l'Université de Zurich, se sont servis d'un changement de politique de départ à la retraite en Autriche pour analyser les effets d'un départ anticipé sur la santé. A la fin des années 1980, la crise de l'acier a contraint le gouvernement autrichien à mettre en place un dispositif permettant aux ouvriers, dans certaines régions, de partir à la retraite à 55 ans au lieu de 58 pour les hommes, et à 50 ans au lieu de 55 pour les femmes.

    En comparant la mortalité dans les régions concernées par cette réforme et celle qui ne l'étaient pas, les chercheurs ont conclu que pour les hommes, partir à la retraite un an plus tôt augmente de 13,4% les chances de mourir avant 67 ans. Un pourcentage qui, pour les auteurs de l'étude, est «non seulement statistiquement significatif, mais aussi quantitativement important». Pour les femmes, en revanche, un départ à la retraite anticipé n'a aucun effet sur l'âge du décès.

    La fin de la routine
    Les trois universitaires se sont penchés sur les causes possibles d'une telle hécatombe. Ils ont éliminé le problème d'accès au soin pour les retraités, puisque l'Autriche dispose d'une couverture maladie universelle à laquelle les retraités ont accès au même titre que les salariés. Ce n'est pas non plus un problème d'argent. Les pertes de revenus liées à une anticipation de la retraite ne sont pas significatives.

    Finalement, en étudiant les causes de décès des ouvriers masculins, ils ont découverts que 65% d'entres eux mourraient de maladies cardio-vasculaires ou de cancers. Ils en déduisent que la fin de la routine du travail et de l'activité physique quotidienne entraîne une mort prématurée, d'autant plus si l'ouvrier a été forcé par son employeurà prendre sa retraite anticipée. A l'inactivité s'ajoute alors la dépression.

    Les femmes «s'adaptent mieux à la retraite et qui, à cause de la répartition traditionnelle des rôles, sont plus actives car plus impliquées dans les tâches ménagères». Elles peuvent partir plus tôt à la retraite sans craindre de voir celle-ci écourtée par la maladie ou la mort.

    On l'aura donc compris, une retraite précoce peut entraîner, pour les hommes ouvriers, une mort toute aussi précoce. Ce que l'étude ne dit pas, en revanche, c'est si travailler au-delà de l'âge légal permet de vivre plus longtemps.
    Copyright © 2010

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire

    Follow by Email

    Archives du blog

    Membres