lundi 25 octobre 2010

Le spectre d’une guerre des monnaies écarté après un accord des pays du G20
Cette photo de groupe montre les chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres du G20 réunis à Gyeongju, le 22 octobre 2010.
Cette photo de groupe montre les chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres du G20 réunis à Gyeongju, le 22 octobre 2010.
REUTERS/Jo Yong-Hak
Par RFI
 
Les ministres des Finances du G20 était réunis ces derniers jours en Corée du Sud, dans la ville de Gyeongju avec comme objectif de préparer le sommet du G20 qui doit avoir lieu en novembre 2010. Après deux jours de débat, ils sont parvenus, samedi 23 octobre 2010, à un accord pour réduire les déséquilibres commerciaux et éviter ce que l’on qualifie de « guerre des monnaies ». Les grands argentiers de la planète ont appelé à des systèmes de taux de change « davantage déterminés par le marché » et « à résister à toutes les formes de mesures protectionnistes ».
Christine Lagarde
Ministre française de l'Économie et des Finances
On est en train de se doter d’un instrument et d’une entité véritablement efficaces…
 

23/10/2010 par Frédéric Ojardias
Christine Lagarde
Ministre française de l'Économie et des Finances
On est en train de se doter d’un instrument et d’une entité véritablement efficaces…









Selon les termes du communiqué final, pays riches et pays émergents ont convenu de s'abstenir d'intervenir pour dévaluer leurs devises. Les ministres des Finances et les responsables des banques centrales, réunis à Séoul pour préparer le sommet du G20 les 11 et 12 novembre 2010, rappellent que la reprise économique se poursuit mais de façon fragile et inégale. Et que dans un système financier globalisé, il est nécessaire d'adopter des réponses coordonnées.
On en restera toutefois aux déclarations d'intentions, car aucun objectif chiffré ni aucun calendrier n'a été adopté. Les Allemands et les Chinois, gros exportateurs, n'en voulaient pas.
Au moment ou les Etats-Unis accusent la Chine de maintenir le yuan a un taux artificiellement bas, les récentes interventions de plusieurs banques centrales pour empêcher la hausse de leur monnaie face au dollar ont fait resurgir le spectre d'une spirale de dévaluations « compétitives » et le retour du protectionnisme.
A l'issue des débats, le ministre américain des Finances Timothy Geithner a assuré être en faveur d'un « dollar fort » et a demandé une « appréciation graduelle » des monnaies des pays à fort excédent commercial. Il doit ensuite se rendre dimanche en Chine.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Follow by Email

Archives du blog

Membres