mardi 12 mars 2013

Congo Mining favorise le développement social de Mayoko

La filiale d’Equatorial Resources estime à 767 millions de tonnes les ressources minérales du gisement de Mayoko-Moussondji et à plus de 100 millions de tonnes celles d’hématite.

À l’occasion de la célébration de ces deux années d’installation à Mayoko, dans le département du
Niari, le ministre des mines de la géologie, Pierre Moussa a effectué, le 07 mars en compagnie de son collègue de l’Enseignement primaire et secondaire, Hellot Mampouya, une visite de terrain en vue d’apprécier l’évolution du projet.
« Chaque fois que nous venons ici, il y a un changement. Nous constatons une transformation qualitative. Le nombre des travailleurs a augmenté, comme le prouve l’extension de la base-vie », a-t-il déclaré appelant à plus les responsables plus d’efforts.Le plan de développement de Congo Mining prévoit de traiter l’hématite pour fabriquer des produits de fer haut de gamme destinés au marché mondial.

Un appui au développement socio-éducatif

La présence de Congo Mining favorise le développement social de la communauté de Mayoko. La société a mis en oeuvre un certain nombre de programmes communautaires au profit des populations. À travers ces programmes, l’entreprise apporte un soutien multiforme aux populations locales, tant dans les domaines sanitaire, d’entretien routier et de fourniture d’eau potable.

Au plan éducation, Congo Mining a permis la réhabilitation et la construction des bâtiments scolaires
de l’école primaire de Mayoko. Cette école qui accueille plus de 450 élèves a été dotée de fournitures scolaires et d’équipements sportifs.

Par ailleurs, 2013 étant l’année de l’éducation de base et de la formation professionnelle, Congo Mining s’est en outre engagée à former et à employer des travailleurs congolais. Dans le même registre, elle a développé un programme de formation universitaire pour disposer d’une main-d’oeuvre qualifiée.
« Nous croyons que notre succès sera achevé en investissant dans l’éducation, la formation et l’emploi des Congolais, afin de construire une grande compagnie ainsi qu’une industrie, minière forte pour le Congo. Nous avons aussi le souci d’inscrire notre activité d’exploration minière dans une démarche d’accompagnement de la population vers le progrès », a indiqué le président-directeur général de Congo Mining, John Welborn. L’entreprise détient deux permis de recherche de fer en République du Congo. Il s’agit du projet Mayoko-Moussondji et Badondo. À Mayoko, elle cohabite avec la société Exxaro/DMC Iron Congo.

Nancy France Loutoumba in Les Dépêches de Brazzaville n°1697- Mardi 12 mars 2013

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Follow by Email

Membres